Menu & recherche
La puissance des algues pour le drainage de l’organisme

La puissance des algues pour le drainage de l’organisme

Drainer l’organisme et le foie au printemps est une excellente chose. Cependant, si les cellules sont profondément encrassées par des produits chimiques (médicaments, anesthésique, métaux lourds des vaccins ou des amalgames, etc.) ou des perturbateurs endocriniens (pesticides, bisphénol, etc.) les plantes (pissenlit, boldo, artichaut, chardon Marie…) ne suffisent pas toujours.

Dans ce cas, il faut passer à la vitesse supérieure et utiliser des moyens de « nettoyage » plus puissants. Cette fois, c’est par l’intermédiaire des algues que la nature viendra à notre service. Les algues constituent de fabuleux outils de détoxication.

Vous avez très certainement entendu parler de la Spiruline (Spirulina platensis), une cyanobactérie ou microalgue qui contient un pigment bleu aux vertus très intéressantes. Il s’agit de la phycocyanine. Cette substance favorise la production de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. L’oxygénation des tissus et la défense de l’organisme seront ainsi mieux assurées.

La phycocyanine apaise les inflammations allergiques et fait preuve d’une activité antioxydante extrêmement puissante

  • 70 fois plus importante que la SOD,
  • 16 fois plus importante que la vitamine E,
  • 20 fois plus importante que la vitamine C.

En induisant des changements biochimiques au niveau de la formation des calculs d’oxalate, elle prévient l’apparition de calculs rénaux tout en protégeant les reins de la toxicité du mercure et des médicaments. Les polysaccharides de la spiruline et la phycocyanine ont la capacité de fixer les métaux lourds piégés au cœur des tissus (foie, reins et cerveau). En éliminant ces toxiques, la phycocyanine exerce aussi une action hépatoprotectrice.

Une autre algue mérite d’être citée, il s’agit de la laminaria japonica. Dans ce cas, c’est l’alginate et le Fucoïdan (polysaccharide complexe) qu’elle contient qui jouent un rôle essentiel dans le cadre de la détoxication.

En effet, l’alginate est un puissant capteur de métaux lourds comme le mercure (amalgames dentaires, poissons, pesticides), l’aluminium (vaccins et médicaments comme les pansements gastriques), le cadmium et le strontium (tabac et fumée de tabac), le cobalt et le radium, ainsi que d’autres substances radioactives.

Rappelons que le mercure semblait être 5000 fois plus toxique pour l’organisme que le plomb.

L’alginate présente l’avantage de capter ces toxiques, mais également favorise leur élimination à l’extérieur de l’organisme, entre autres grâce à l’iode que l’algue contient et qui, entre autres, active l’élimination par les reins.

Beaucoup ignorent que la laminaria japonica a été utilisée avec succès pour traiter les victimes irradiées lors de la catastrophe de Tchernobyl. En effet, elle protège en partie de ces pollutions radioactives, des rayons X, des micro-ondes, des lignes à haute tension, des télévisions, des ordinateurs, des téléphones portables et des rayonnements de leurs antennes relais. Ces différentes sources de radiations nocives génèrent chez l’homme des radicaux libres à l’origine du vieillissement cellulaire, d’anomalies congénitales et de cancers. Tous ces dégâts peuvent être largement atténués par la laminaria japonica.

Mais ce n’est pas tout…

Il a été démontré que l’administration de Fucoïdan contenu dans cette algue entraîne la mort de toutes les cellules cancéreuses de culture en moins de 72 h. Le processus observé est une sorte d’autodestruction de l’ADN des cellules cancéreuses qui est détruit par des enzymes digestives contenues dans les cellules elles-mêmes. Cette autodestruction s’appelle l’apoptose.

C’est sans doute en partie pour cette raison que les habitants de la province d’Okinawa au Japon qui consomment en moyenne 1 gramme de kombu par jour (une autre algue riche en Fucoïdan) présentent des taux de cancer beaucoup plus bas qu’ailleurs.

Consommer des algues d’origine marine est actuellement une excellente chose, car bon nombre d’entre nous sont carencées en iode et présentent une faiblesse de la thyroïde. L’iode très assimilable des algues marines permet de réguler le métabolisme thyroïdien et d’éviter son déséquilibre.

Beaucoup seront ravis de constater que la consommation d’algues marines permet également de réguler le poids corporel et de regagner de l’énergie.

2 commentaires
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. […] Cet antioxydant est fabriqué par plusieurs genre d’algues et de planctons. Ce pigment donne sa couleur rosée aux crevettes et aux saumons notamment. De […]

  2. belliardo marcelle
    1 année ago

    remplacer le levothyrox comment merci !!!!!!!!!

Aller à la barre d’outils