Menu & recherche
Qu’en est-il réellement du cholestérol ?

Qu’en est-il réellement du cholestérol ?

Les statines sont principalement prescrites aux personnes au-delà de 50 ans dans tous les pays industrialisés, ce qui équivaut à environ 30 % de la population. Aujourd’hui on estime que 200 millions de personnes dans le monde sont sous traitement hypocholestérolémiant.

Quand on sait que chaque essai clinique coûte 500 millions de dollars à l’industrie pharmaceutique et parfois plus. Il est évident que toute entreprise commerciale qui réalise ce type d’études présentera des résultats en sa faveur… Selon le professeur Philippe Even et le Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS, la nocivité du cholestérol est légendaire et basée sur une erreur de la pensée médicale ayant court depuis les années 50. Les essais sont falsifiés à plusieurs niveaux et c’est sans doute pour cette raison que l’industrie pharmaceutique refuse l’accès à ces dossiers.

Effectivement, lorsque l’on analyse de plus près les rôles essentiels que joue le cholestérol dans notre corps, on se rend compte que le supprimer et diminuer son taux de manière excessive peut causer de réels problèmes de santé.

 

Quels sont donc les rôles du cholestérol ?

Il constitue un réel élément structural de la vie dans le simple fait qu’il participe de la membrane cellulaire. Les membranes cellulaires sont constituées en partie de graisses courantes fluides et molles, mais ce qui fait la solidité, la robustesse et la permanence de ces membranes ce sont les molécules de cholestérol. Ce rôle structurel est particulièrement important dans certains tissus : musculaire et nerveux.

Pour que l’entièreté des actions du corps soit coordonnée, il faut obligatoirement une communication entre les différentes parties du corps. Il existe un véritable langage cellulaire transmis par les hormones, les neuromédiateurs et les influx nerveux. Les informations transmises et les messagers chimiques sont captés par des récepteurs cellulaires quel que soient le système organique (sexuel, immunité, digestion, sommeil, etc.).

Le cholestérol constitue le socle de ces récepteurs cellulaires, car ils ne sont pas fixés n’importent où sur la membrane, mais bien là où il y a du cholestérol. En bref, le cholestérol est responsable de l’ancrage des récepteurs membranaires. Le cholestérol réforme des radeaux sur lesquelles viennent s’accrocher les protéines qui permettent la communication des cellules avec l’extérieur.

Les graisses (acides gras) qui proviennent de notre alimentation sont insolubles dans le sang, il faut donc qu’elles soient prises en charge par des transporteurs dont l’un des plus connus est le glycérol, ce qui accroche 3 acides gras et qui va former les triglycérides. Le deuxième transporteur est le cholestérol, on parlera alors de cholestérol estérifié. C’est lui qui distribuera les acides gras dans les différentes parties de l’organisme (froid, de muscles…) en fonction des besoins. Toute l’énergie du corps provient de la combustion des graisses. Toutes nos cellules ont besoin d’acides gras.

Toutes les hormones stéroïdes dérivent du cholestérol. La molécule de cholestérol sert à la synthèse de la cortisone ou du cortisol, les œstrogènes et la progestérone chez la femme et la testostérone chez l’homme. Ces substances qui interviennent également dans les transmissions d’informations.

En bref, au-dessous d’un gramme de cholestérol, la vie est impossible. Certains tissus sont donc particulièrement sensibles à la diminution du taux de cholestérol. Trop peu cholestérol donne inévitablement lieu à des problèmes musculaires, cérébraux et nerveux. Ce qui est incroyable c’est que toutes ces données sont dans les livres de biochimie des études de médecine de première année, que tous les rôles essentiels et vitaux de cette molécule noble qu’est le cholestérol y sont repris.

Et pourtant cette molécule magnifique et complexe, véritable cristal de vie continue à être diabolisée depuis près de 40 ans par tous les organismes officiels de santé et par le système médical dans son ensemble. Alors que la simple curiosité scientifique devrait faire changer d’avis tout médecin ou tout cardiologue sensé est intelligent.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.