Menu & recherche
Comment se débarrasser des varices ?

Comment se débarrasser des varices ?

Souvent synonyme de complexes ou de sensation de jambes lourdes, les varices sont le reflet d’une insuffisance veineuse qui peut nous exposer à des complications. Ces veines dilatées et altérées, en relief ou en étoile, marqueraient les jambes d’une personne sur deux au-delà de 50 ans ! Oui mais pourquoi vous ? Qu’est-ce qui favorise leur apparition ? Comment prévenir ce phénomène ? Et surtout comment s’en débarrasser ? Le Docteur Bernard Segers, chirurgien vasculaire, vole à notre secours.

Article rédigé par le Fifty & Me Magazine


Pourquoi les varices ?

Les varices sont l’expression la plus visible d’une insuffisance veineuse chronique (IVC). Elles traduisent une dégradation de la paroi veineuse et des valvules au cours du temps. Cette maladie évolutive est le plus souvent d’origine primaire. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une dégradation d’une situation normale au fil des années. Mais l’apparition de varices peut également être liée à des déformations acquises, on parle alors d’origine secondaire à une pathologie dans laquelle des événements d’obstruction et de reflux coexistent. On pense, par exemple, à des conséquences post-thrombotiques ou à une dysplasie veineuse. Enfin, il existe aussi une origine congénitale mais cette dernière est très rare et apparaît alors dés l’enfance.

Sommes-nous toutes concernées (avec une prédominance féminine)?

Dans les pays développés, les varices touchent 25% de la population adulte. Au-delà de 50 ans, la prévalence augmente entre 50 et 70%. Ce qui revient à dire qu’elles concernent une personne sur deux ! Les hommes comme les femmes… même si on remarque que les femmes viennent plus fréquemment consulter dans un souci d’esthétique ! Tout comme un seul membre ou les deux membres inférieurs peuvent être touchés, il n’y a pas de règle.

Sont-elles liées à l’âge, un facteur génétique, des modifications hormonales, l’hygiène de vie (alimentation, sédentarité, alcool, cigarettes, etc)?

L’âge joue incontestablement un rôle dans l’apparition des varices. Il existe aussi une prédisposition familiale dans le cas d’une IVC primaire. Parmi les facteurs prédisposants qui entraînent une dégradation au cours du temps, on relève principalement :

  • la station debout prolongée
  • L’obésité
  • La ou les grossesse(s)
  • Le manque d’exercices physiques
  • (L’alcool pourrait aussi être incriminé puisque c’est un vasodilatateur…)

Peut-on prévenir l’apparition des varices ?

Dans le cas de l’apparition de varices résultant d’une stase veineuse ( en d’autres termes, quand le sang remonte mal), la prévention consiste à améliorer le retour veineux. Comment ? En…

  • Marchant  régulièrement
  • Surélevant les jambes (dés que possible, en lisant un bouquin dans le canapé, au bureau, etc)
  • Perdant du poids (si nécessaire)
  • En portant des bas ou des chaussettes de contention. Il en existe d’ailleurs aujourd’hui de jolis modèles (même sexy parfois!) qui peuvent aisément entrer dans nos habitudes hivernales sans devenir une contrainte. Notons également  qu’en comprimant les varices, les bas diminuent la dilatation, améliorent la micro-circulation cutanée et lymphatique, et réduisent l’oedème.
  • allant voir un kiné pour des séance de drainage lymphatique qui aident en cas de douleurs, de gonflement, ou de jambes lourdes.

On conseille aussi de boire beaucoup d’eau, surtout en avion.

Comment se débarrasser des varices ?

La façon de traiter les patients a considérablement évolué au cours de la dernière décennie. Rares sont  les médecins qui pratiquent encore l’éveinage par stripping ou la ligature d’une veine saphène*. Aujourd’hui, l’avénement des techniques endoveineuses, peu invasives, permet des résultats comparables à la chirurgie, sans plaie, sans douleur et sans immobilisation prolongée.

Exit donc les périodes d’invalidation durant de 2 à 3 semaines et les horribles cicatrices ! Après un bilan complet suivi d’un échographie-Doppler systématique pour mesurer l’ampleur des veines endommagées, le docteur propose des solutions au cas par cas en tentant d’être le moins invasif possible ! C’est ainsi que, pour les petites varicosités, on préconise l’ablation par radiofréquence ou une intervention au laser transdermique. Lorsque le diamètre de la veine est plus conséquent, on peut faire ce qu’on appelle des scléroses pour boucher les varices; ce traitement d’apparence anodin peut entraîner des complications telles que des thromboses veineuses superficielles ou profondes. Pour éviter les aléas liés aux scléroses, on peut pratiquer des phlébectomies : c’est de la chirurgie par petites incisions (de 1 à 2mm) pour enlever les varices disgracieuses et qui donne un résultat esthétique souvent très satisfaisant.  Lorsqu’une indication de saphènectomie est posée, le traitement de choix proposé par le Docteur Segers est l’exclusion par voie endoveineuse d’un ou plusieurs axes veineux à l’aide d’une sonde laser ou de radiofréquence. Par cette technique peu invasive, la veine traitée sera ponctionnée en distalité (afin d’introduire la sonde laser/radiofréquence dans la veine) et non plus « arrachée » comme dans la chirurgie classique. Autre grand avantage : cela se fait en one day clinic. Enfin, il est bon de savoir que le taux de récidive entre le chirurgie classique et le traitement endovasculaire est le même.

N’oublions pas que la présence de varices multiplie par 2 ou 3 le risque de thrombose veineuse superficielle et profonde. Non traitées, elles peuvent aussi se transformer en ulcères variqueux. Heureusement, et comme le démontre le Docteur Segers dans cette interview, les progrès sont considérables tant pour notre santé que pour notre bien-être. Alors, n’attendons pas le retour des beaux jours (et l’épreuve de la jupe !) pour  s’en préoccuper…

*Les veines saphènes, situées dans les membres inférieurs, permettent au sang désoxygéné de remonter en direction du coeur pour se recharger en dioxygène. La grande veine saphène parcourt la partie interne de la jambe du pied jusqu’à l’aine tandis que la petite veine saphène remonte derrière le mollet jusqu’à la veine poplitée à l’arrière du genou. 

http://www.fiftyandmemagazine.be

Aucun commentaire
Laisser un commentaire