Défenses naturelles

Le terrain, notre meilleure assurance défense naturelle

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout »

Voilà ce qu’affirmait Claude Bernard en s’opposant totalement à la théorie pasteurienne. Peu de médecins et de scientifiques vont actuellement dans ce sens et pourtant.
Le docteur André Gernez (entre autres) a démontré que dès les premiers jours de la vie, le bébé doit être en contact avec un environnement non aseptisé. Selon lui, l’asepsie et la vaccination à outrance sont des hérésies puisqu’elles empêchent le système immunitaire (système de défense du corps) d’atteindre son potentiel et développement maximal. En effet, très tôt le contact normal avec des germes, des microbes, des poussières permet l’enregistrement d’informations que le corps mémorise afin de les utiliser en cas de besoin pour se défendre.

Notre monde va à l’encontre de cette théorie croyant qu’en éliminant les éléments pathogènes (Dettol, eau de Javel) l’on évitera les maladies et les allergies. Pourtant malgré les soi-disant progrès fulgurants de notre médecine, on constate qu’il y a de plus en plus d’allergies, de plus en plus de maladies auto-immunes, de plus en plus de cancers, etc. Il doit donc bien y avoir quelque chose qui « cloche » !

Le terrain constitue l’environnement immédiat de nos cellules, c’est ce qu’Hippocrate appelait les humeurs, ces liquides organiques dans lesquels elles vont puiser leur nourriture, mais également le milieu dans lequel elle rejette leurs déchets. Pour son fonctionnement, l’organisme doit bénéficier de conditions optimales et donc d’un milieu interne suffisamment riche en nutriments (importance de l’hygiène alimentaire), mais également le plus propre possible (travail d’élimination par les émonctoires).
Malheureusement, l’environnement et l’alimentation actuels sont à l’origine de carences, mais aussi d’encrassement progressif. Tout cela mène à une acidification progressive des tissus. Un organisme en bonne santé recherche sans cesse l’équilibre « idéal » par les mécanismes d’homéostasie. Il tend ainsi à éviter les carences, à être le moins pollué possible et à rétablir un pH précis pour que l’ensemble des mécanismes se déroule correctement. Le « terrain » ne tolère que de très petits écarts.

Le mode de vie actuel, le stress, les pensées négatives, l’agressivité, la suralimentation et les excès de toutes sortes, l’alimentation industrielle, la prise de médicament favorisent l’acidification globale de l’organisme et le déséquilibre des mécanismes de défense du corps. Ces deux éléments sont parmi les principales causes de nombreuses maladies actuelles. Même si le corps humain est une merveilleuse machine qui normalement rétablit toujours de bonnes conditions de fonctionnement (rétablissement des « systèmes tampons »), il faut néanmoins lui en donner les moyens.

Comment améliorer son terrain ?

  • Diminuer les apports d’aliments acidifiants : abats et viandes, céréales complètes et raffinées, charcuteries, graisses animales ou végétales saturées, huiles raffinées et corps gras hydrogénés (margarines, viennoiseries), pain, sucres raffinés (sucreries, pâtisseries).
  • Proscrire la nourriture industrielle, les plats préparés, les friteries (kebabs), les pizzerias et les fast-foods.
  • Éviter les additifs chimiques (colorant, édulcorants, conservateurs…) présents dans l’alimentation, mais également ceux des cosmétiques et autres produits de soins corporels (parabènes, laureth sulfates, etc.). La peau constitue la première barrière de défense vis-à-vis du monde extérieur et toute molécule à son contact se retrouvera dans les 20 minutes suivantes dans la circulation sanguine.
  • Éviter les perturbateurs endocriniens : médicaments chimiques (surtout contraceptifs oraux et traitements hormonaux, mais les autres également), alcool, gluten, produits phytosanitaires (pesticides…), phtalates et bisphénol (plastiques)…
  • Consommer en quantité modérée tous les aliments ou boissons excitants : alcool, café, sodas…
  • Se protéger des rayonnements nocifs : four à micro-ondes, antennes relais, wi-fi, téléphones portables…
  • Augmenter la consommation d’aliments crus, mais surtout dépourvus de produits phytosanitaires (agriculture biologique, raisonnée, intégrée…).
  • Favoriser l’apport d’aliments alcalinisants : la plupart des fruits et légumes sauf les oranges, les airelles, l’oseille, la rhubarbe et certaines prunes.
  • Manger lentement et bien mâcher les aliments qui sont rendus plus alcalins et plus digestes lorsqu’ils sont imbibés de salive.
  • Pratiquez des exercices de respiration et d’oxygénation au grand air : promenade en forêt, en montagne, en plein champ ou au bord de la mer.
  • Favoriser les apports d’ions négatifs (aux effets positifs sur la santé) : proximité de fontaines, cascades, remous de la mer, pluie sur les feuilles d’arbres, air après les éclairs de l’orage ou ioniseur d’intérieur prévu à cet effet.
  • Pratiquez des activités sportives douces ou de loisir harmonisantes et relaxantes (méditation, yoga, Qi Qong, tai-chi…).
Article précédent

Quelques conseils pour préparer un bon jus frais

Article suivant

Les secrets du Ravintsara

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire