Défenses naturellesDigestion-Transit

Traitement de la Candidose intestinale

Traitement de la Candidose intestinale

Les antimycotiques

 candidaalbican

Le développement des mycoses (candida albicans) est le plus souvent la conséquence de l’usage répétitif d’antibiotiques qui détruisent la flore intestinale microbienne dont une des fonctions est d’empêcher la multiplication excessive des champignons.
D’autres causes peuvent être à l’origine du développement excessif du Candida dans l’intestin telles que la prise de certains médicaments (corticoïdes, pilule contraceptive, chimiothérapie anti-cancéreuse) ou une alimentation trop riche en sucres.
Les champignons produisent des agents chimiques toxiques qui sont responsables des symptômes très variés que l’on retrouve en cas de candidose chronique


1. Troubles digestifs chroniques : aigreurs d’estomac, ballonnements, diarrhées, constipations ou alternance des deux.

2. Fatigue chronique inexplicable.

3. Troubles nerveux : difficultés de concentration, troubles de mémoire, irritabilité ou agitation, changements d’humeur fréquents, anxiété, sommeil irrégulier ou insomnies.

4. Troubles allergiques : apparition progressive de petites allergies à certains aliments, à certains cosmétiques ou parfums, à des produits de nettoyage, aux odeurs de peinture ou d’essence, à la fumée de cigarette, au soleil….

5. Prises de poids inexpliquées ou impossibilité de perdre du poids malgré un régime alimentaire.

6. Troubles variés : prurits anal et cutané, irrégularités menstruelles, règles douloureuses, infections urinaires, migraines, acné, gingivite.

 

Effets secondaires des antimycotiques 
Les effets secondaires des antibiotiques sont nombreux et variés. 
Les réactions allergiques se traduisent par des démangeaisons et des éruptions cutanées.
Les troubles gastro-intestinaux : constipation ou diarrhée, nausées, vomissements. 
La prise de ces médicaments nécessite une surveillance (analyse de sang) mensuelle de la fonction hépatique afin de prévenir l’effet secondaire le plus redoutable mais heureusement peu fréquent qui est l’hépatite fulminante capable de détruire complètement le foie.

 

L’alternative naturelleL’acide Caprylique est un acide gras que l’on extrait à partir de l’huile de noix de coco ou de palmier. Plusieurs études scientifiques ont démontré son action anti-candida au niveau de l’intestin sans affecter la croissance de la flore intestinale normale. C’est actuellement le meilleur supplément nutritionnel contre les candidas.
La posologie est de 3 gélules par jour avant les repas pendant 3 à 6 mois selon l’ancienneté de la candidose chronique.
La prise de probiotiques est aussi indispensable pour rétablir l’équilibre et le bon fonctionnement intestinal.

 

Syndrome de candidose chronique

 

 

Parmi les nombreux microbes qui habitent normalement notre corps, il existe un champignon microscopique commun, le candida albicans, qui réside dans notre intestin.

Mais, pour différentes raisons, le champignon peut se développer de façon excessive et engendrer divers symptômes qui constituent le syndrome de candidose chronique.

Le développement du candida albicans est le plus souvent la conséquence de l’usage répétitif d’antibiotiques qui détruisent la flore intestinale microbienne dont une des fonctions est d’empêcher la multiplication excessive des champignons.

D’autres causes peuvent être à l’origine du développement excessif du Candida dans l’intestin, telles que la prise de certains médicaments (corticoïdes, pilule contraceptive, chimiothérapie anti-cancéreuse) ou une alimentation trop riche en sucres.

 

Une pathologie très fréquente mais méconnue

L’ampleur réelle de cette maladie insidieuse a été surtout reconnue aux U.S.A. où selon les études épidémiologiques les plus récentes, on estime qu’environ 80 millions d’Américains souffrent de candidose chronique. On estime aujourd’hui qu’un tiers de la population française, en particulier féminine, souffre d’une manière ou d’une autre de candidose chronique.

 

Ce sont les symptômes qui nous mettent sur la piste

Les champignons produisent des agents chimiques toxiques qui sont responsables des symptômes très variés que l’on retrouve en cas de candidose chronique.

 

1. Troubles digestifs chroniques : aigreurs d’estomac, sensation d’être rassasié dès les premières bouchées, ballonnements, diarrhées, constipations ou alternance des deux.

2. Fatigue chronique inexplicable : on se lève et on se couche fatigué alors que tous les examens médicaux (prise de sang) sont normaux. Cette fatigue peut entraîner par la suite des troubles de l’humeur (irritabilité), voire même une légère dépression.

La candidose chronique est un des facteurs déclenchants les plus souvent cités dans le syndrome de fatigue chronique.

3. Troubles nerveux : difficultés de concentration, troubles de mémoire, irritabilité ou agitation, changements d’humeur fréquents, anxiété, sommeil irrégulier ou insomnie.

4. Troubles allergiques : apparition progressive de petites allergies à certains aliments, à certains cosmétiques ou parfums, à des produits de nettoyage, aux odeurs de peinture ou d’essence, à la fumée de cigarette, au soleil….

5. Prises de poids inexpliquées ou impossibilité de perdre du poids malgré un régime alimentaire. Après avoir facilement perdu les premiers kilos, on reste bloqué à un poids qui ne varie plus, ou très difficilement.

6. Troubles variés : prurits anal et cutané, irrégularités menstruelles, règles douloureuses, infections urinaires, migraines, acné, gingivite.

 

Il n’y a malheureusement pas de test permettant le diagnostic de candidose chronique. La recherche du champignon dans les selles (coproculture) peut apporter une confirmation, mais cette recherche peut rester négative (faux négatifs). On considère qu’une personne présentant 3 familles de symptômes décrits plus haut est atteinte de candidose chronique.

Vous pouvez aussi répondre au questionnaire suivant et additionner les points de vos réponses affirmatives : en dessous de 20 points, test négatif ; entre 20 et 25 points : candidose probable, et au-dessus de 25 points : vous souffrez certainement de candidose chronique.

 

Est-ce que la présence de parfums, insecticides, odeurs de textiles et autres produits chimiques provoquent des symptômes d’allergie ?3
Est-ce que vos malaises empirent les jours gris et humides ou dans les endroits où il y a des moisissures ?3
Avez-vous eu le pied d’athlète (champignons sur les pieds) ou autres infections fongiques (champignons) chroniques de la peau ou des ongles ?3
Dans votre vie, avez-vous souffert de prostatite chronique, de vaginite ou autres problèmes affectant les organes génitaux ?3
Fatigue chronique inexplicable3
Ressentez-vous un besoin intense de manger du sucre ?2
Ressentez-vous un besoin intense de manger du pain ?2
Prises de poids inexpliquées2
Impossibilité de perdre du poids2
Règles douloureuses et/ou irrégularités menstruelles1
Tensions pré-menstruelles1
Crise d’anxiété ou de larmes1
Pieds ou mains froids et/ou frilosité1
Tremblements ou irritabilité quand on a faim1
Etourdissements1
Manque de concentration ou difficultés de mémorisation2
Changements d’humeur fréquents1
Maux de tête1
Etourdissements, perte d’équilibre1
Pression au-dessus des oreilles, sentiment que la tête enfle1
Irritations ou démangeaisons chroniques de la peau3
Engourdissements, picotements1
Indigestions ou brûlures d’estomac2
Grande sensibilité ou intolérance alimentaire2
Constipation ou diarrhée ou alternance des deux3
Démangeaisons de l’anus3
Bouche ou gorge sèche1
Démangeaisons ou ulcération dans la bouche (aphtes)2
Mauvaise haleine1
Mauvaise odeur des pieds, du corps et du cuir chevelu2
Congestion nasale et écoulement post-nasal2
Démangeaison nasale2
Mal de gorge1
Laryngite, extinction de voix1
Toux, bronchite récidivante1
Sensation de brûlure quand on urine1
Des points devant les yeux ou une vue capricieuse1
Les yeux qui chauffent ou qui sont larmoyants1
Infections chroniques ou liquides dans les oreilles1
Maux d’oreilles ou surdité1

 

Le traitement de la candidose chronique

Pour obtenir un résultat durable, il est indispensable d’associer des mesures hygiéno-diététiques à un traitement naturel suffisamment long pour venir à bout du déséquilibre de notre flore intestinale en faveur des champignons.

Il faut d’ores et déjà insister sur le fait que tout traitement des candidoses chroniques doit être poursuivi fidèlement pendant plusieurs mois pour obtenir des résultats durables. L’alimentation surtout, une fois corrigée, ne doit pas à nouveau se dégrader et revenir aux anciennes habitudes d’excès de sucres sous peine de rechutes.

1. Le régime alimentaire anti-candida

Elimination des sucres raffinés, qui favorisent la croissance des champignons.

Eviter les aliments contenant une teneur importante en levure ou en moisissures, comme le pain et les fromages fermentés, les boissons alcoolisées, les fruits secs, les cacahuètes.

Eviter les produits laitiers car ils sont riches en lactose, qui est le sucre du lait.

Privilégier l’ail, qui présente une activité anti-candida importante.

 

2. Le traitement anti-candida

L’acide Caprylique est un acide gras que l’on extrait à partir de l’huile de noix de coco ou de palmier. Plusieurs études scientifiques ont démontré son action anti-candida au niveau de l’intestin sans affecter la croissance de la flore intestinale normale. C’est actuellement le meilleur supplément nutritionnel contre les candidas.

Un complément de vitamines et de minéraux tels que la vitamine C et E, le calcium, le magnésium, la biotine et le zinc constitue une association intéressante pour contribuer à maintenir une structure et une fonction intestinale normale.

La prise de probiotiques est aussi indispensable pour rétablir l’équilibre et le bon fonctionnement intestinal

 

 

 

 

 

Alimentation et leucocytose

 

En 1930 déjà, le Dr Paul Kautchakoff, médecin suisse, démontrait qu’une leucocytose digestive survenait chaque fois qu’un aliment cuit était ingéré. Ce phénomène, observé chez de nombreux patients, était alors considéré comme normal. La leucocytose digestive consiste en une augmentation spectaculaire du nombre et du niveau d’activité des globules blancs (leucocytes) dans le sang suite à l’ingestion d’aliments cuits. Il est à noter que cette augmentation du nombre et de l’activité des leucocytes ne survient pas chez des sujets consommant exclusivement des aliments crus.

 

La raison en est toute simple: les aliments crus contiennent par eux-mêmes les enzymes alimentaires nécessaires à leur pré-digestion et qui complètent la digestion physiologique naturelle. Il semble que les aliments cuits et pauvres en enzymes obligent le corps à puiser des enzymes métaboliques pour digérer la nourriture dans d’autres systèmes que le digestif, notamment dans le système immunitaire. Or on pourrait comparer l’ensemble du système enzymatique du corps à un compte en banque. Si vous tirez continuellement de l’argent sans jamais réapprovisionner le compte, vous finirez sans le sou ! Ainsi en cas d’excès de consommation d’aliments cuits, l’ensemble des réserves enzymatiques du corps humain – hormis celles du système digestif –  et normalement prévu pour remplir d’autres rôles physiologiques sera tôt au tard épuisé.

Il s’ensuivra une série de maladies dégénératives et/ou un vieillissement prématuré de l’organisme. En effet, les organes ou systèmes sollicités, et n’appartenant pas au système digestif, ne remplissent plus les rôles physiologiques prévus, comme celui de digestion des allergènes ou autres intrus pénétrant dans le corps (champignons, candida…), s’il s’agit du système immunitaire.

Le système immunitaire continuellement sollicité à d’autres fins que la défense de l’organisme s’épuisera au fil des années, apparaîtront alors des pathologies telles qu’allergies diverses, asthme, candidoses chroniques, etc. Le Dr Howell affirme que la longévité et la qualité de vie seraient inversement proportionnelles à la quantité d’enzymes non digestives épuisée lors de la digestion des aliments cuisinés. Ce médecin a également prouvé que les enzymes alimentaires sont les nutriments les plus sensibles à la chaleur.

En effet, elles sont généralement détruites lorsqu’elles sont chauffées à 118 °C pendant plus de 15 minutes, ce qui est le cas lors des cuissons au four, en bouillies, par grillade, lors de la mise en conserve, lors de friture, de pasteurisation, de rôtissage, et même lors de cuisson à la vapeur ou au micro-ondes. Un temps de cuisson réduit mais à des températures plus élevées produira les mêmes effets.

Le Dr Howell a également mis en évidence que le jeûne entraînait une augmentation du nombre d’enzymes métaboliques disponibles dans le corps. En l’absence d’aliments, le corps dispose d’un plus grand nombre d’enzymes pour réparer et soigner. Ainsi, réapprovisionner régulièrement ce qu’il appelait la «banque d’enzymes» est une des clés pour vieillir en bonne santé et se prémunir contre la maladie.

La première conclusion à tirer est donc de ne pas trop manger afin d’avoir une vie plus saine et plus longue.

Deuxièmement, augmentez votre consommation d’aliments crus. Même si vous mangez cuits, débutez le repas par des crudités, cela temporisera l’agression des aliments cuits et le phénomène de leucocytose en apportant d’emblée les micronutriments essentiels à votre corps.

Consommez des entrées ou des mises en bouche à base de fruits, légumes, graines germées, huiles, poisson (délicieux cru mariné au citron et fines herbes) et viande de bœuf hachée ou émincée crue, le plus souvent possible. Une démarche simple qui permet de réapprovisionner « la banque d’enzymes » du corps, enzymes qui, ne l’oublions pas, figurent parmi les facteurs clés de la santé et de la guérison.

 

Article précédent

Les médicaments contre le reflux gastro-oesophagien responsables de fractures de la hanche !

Article suivant

Un produit naturel pour la santé de nos yeux

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire